IN THE DARK

Production   Le Fresnoy (France)
Coproduction   Song-Lee Production (Corée)
Participations  JM FAMILY Association, Université Dongseo, Some Rental, BFC Busan film Commission, Busan IT Industry Promotion Agency
Avec le soutien de la Région Nord-Pas de Calais et le Ministère de la Culture

 

Voir le teaser         Voir le film         Photo 1         Photo 2         Affiche

 

55 min / Fiction / HD / 2009

Avec  Tae-Sung Park, Emilie Lacape, Dong-Hwa Kim, Dong-Ha Park, Ik-Nam Paik, Yun-Hee Lee
Réalisateur  Jero Yun
Directeur de la Photographie  Jin-Yeul Song
Productrice Exécutive  Han-Bit Park
Directrices Artistiques  A-Bong Jeong, Eun-Ju Jang
Scénario  Jero Yun
Musique  Mathieu Regnault

 

A propos du fim :

“IN THE DARK” parle d’une histoire inspirée du témoignage d’une prostituée en Corée du Sud. Le film montre l’angoisse et l’inquiétude. L’ambiance ne nous amène nulle part comme si nous étions perdus à l’image de ces personnages du film que nous ne connaîtrons finalement pas. Nous ne verrons probablement que les traces de l'existence de ces individus qui continuent de vivre.

Certaines scènes sont probablement bouleversantes, certaines sont confuses et pourraient provoquer une sensation d’écœurement. C’est mon intention, quoi qu’il en soit, dans ce film j’ai donné beaucoup d'importance au sentiment "physique".

La relation entre le filmeur et les filmés est fondamentale (la scène du karaoké en est un exemple), je voulais ajouter un sentiment à la caméra, le filmeur impose, en quelque sorte, un regard en enlevant le maximum de découpage. J'ai surtout essayé de ne pas changer les axes tels que champ-contrechamp très présents dans le cinéma ou les téléfilms. Le choix de la caméra à l'épaule m'a permis d'expérimenter plus librement et de donner la sensation de suivre les 2 personnages principaux.
J’ai également donné une valeur importante à la lumière qui élimine l’identité de ces individus. Ces lumières contrastées, sombres, illustrent un sentiment confus, une mémoire fragmentée plus ou moins perdue avec le temps.

Le film ne juge pas plus le fait que la motivation, le système politique ou social dans ce pays, il montre seulement l’existence telle qu’elle est. Il ne s’adresse à personne de façon directe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

EN